Agenda

Cinéma à Lasalle

Filature du Pont de Fer

30460 LASALLE

Programme Cinéma Lasalle : 10/02 : Les Misérables - 17/02 : Le Traitre - 02/03 : J'ai perdu mon corps - 09/03 : J'Accuse - 16/03 : It Must Be Heaven - 23/03 : Lillian - 13/04 : Martin Eden

Descriptif

Programme Cinéma à Lasalle

10/02 : Les Misérable

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.

Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade Anti-Criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il va faire la rencontre de ses nouveaux coéquipiers, Chris et Gwada, deux "Bacqueux" d’expérience. Il découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier.

Ladj Ly, 39 ans, déjoue les clichés. Enfant de Montfermeil, auteur de documentaires, il prend le point de vue de Stéphane, policier débarquant de Cherbourg pour sa première journée dans la brigade anti-criminalité de la Seine-Saint-Denis. Presque une visite guidée, sans esbroufe. Les caïds, les trafiquants, les vendeurs de kebabs, les barbus… À force de se côtoyer, on se connaît, on s’embrouille, on se toise. Rapport de force immersif, à la limite du documentaire, Ladj Ly déploie son imparable démonstration, libère la tension, pointe cette très jeune génération (les ‘microbes’). Comme une ombre qu’on n’arrive pas à saisir. Comme une menace qu’on regarde de haut et qui fait tout l’intérêt du film.
Voilà comment Les Misérables échappe au manichéisme de bazar : tout le monde se fait déborder, et vous aussi, cher spectateur. Littéralement suffocant. Imparable, disions-nous.

A 20h30 à la Filature du Pont de Fer de Lasalle

17/02 : Le Traitre

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.

Au début des années 1980, la guerre entre les parrains de la mafia sicilienne est à son comble. Tommaso Buscetta, membre de Cosa Nostra, fuit son pays pour se cacher au Brésil. Pendant ce temps, en Italie, les règlements de comptes s'enchaînent, et les proches de Buscetta sont assassinés les uns après les autres. Arrêté par la police brésilienne puis extradé, Buscetta, prend une décision qui va changer l'histoire de la mafia : rencontrer le juge Falcone et trahir le serment fait à Cosa Nostra.
Le Traître vaut pour son étude cinglante de la circulation et de la concentration des regards ainsi que de la confrontation des paroles qu’il met en œuvre avec une rare précision, dans un contexte contemporain où le dire vrai, tout autant que le fait de regarder en face, semblent avoir perdu toute valeur. Avec sa biographie épurée et précise de l’un des premiers repentis de Cosa nostra, le cinéaste italien ( qui n’a rien perdu de sa virtuosité malgré ses 79 ans) réussit son film sur la Mafia, sans en entretenir le mythe. Un grand Bellocchio porté par l’interprétation bluffante de Pierfrancesco Favino, acteur à découvrir !

A 20h30 à la Filature du Pont de Fer de Lasalle

02/03 : J'ai perdu mon corps

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

A Paris, Naoufel tombe amoureux de Gabrielle. Un peu plus loin dans la ville, une main coupée s’échappe d’un labo, bien décidée à retrouver son corps. S’engage alors une cavale vertigineuse à travers la ville, semée d’embûches et des souvenirs de sa vie...

C’est bien simple : on n’a pas vu une mise en scène aussi racée dans le cinéma français depuis Jacques Audiard. À l’instar des films d’animation japonais pour adultes, J’ai perdu mon corps place la barre très haut à tous les niveaux. Une pépite d'animation, emplie d'espoir et d'une sensibilité inouïe. Un thriller animé virtuose et saisissant, plein de drôlerie et de poésie. Bon on arrête là, vous avez compris : A ne pas rater !

A 20h30 à la Filature du Pont de Fer de Lasalle

09/03 : J'Accuse

Pendant les 12 années qu’elle dura, l’Affaire Dreyfus déchira la France, provoquant un véritable séisme dans le monde entier. Un immense scandale, le plus grand sans doute de la fin du XIXème siècle, se mêlent erreur judiciaire, déni de justice et antisémitisme.

Dans J’accuse, vous ne verrez pas de repas de famille qui dégénère parce qu’un convive a lancé le sujet de l’affaire Dreyfus. Le cadre est défini : nous resterons ici dans les arcanes asphyxiants et ténébreux du pouvoir militaire français. Des bureaux glaçants, des cours pavées, des prétoires étouffants… C’est dans cet environnement que le colonel Picquart va décortiquer le complot, au péril de sa propre carrière. Roman Polanski choisit l’angle du thriller politique austère. Dreyfus est cantonné au second plan. On ne voit pas le peuple, on voit peu la foule. Le soin apporté aux cadrages, aux décors, aux costumes, à la lumière, confèrent au film, Lion d’argent au festival de Venise, une puissance étourdissante.

A 20h30 à la Filature du Pont de Fer de Lasalle

16/03 : It Must Be Heaven

Elia Suleiman, fuit la Palestine à la recherche d'une nouvelle terre d'accueil, mais réalise que son pays d'origine le suit toujours comme une ombre. La promesse d'une vie nouvelle se transforme vite en comédie de l'absurde. Aussi loin qu'il voyage, de Paris à New York, quelque chose lui rappelle sa patrie. Un conte burlesque explorant l'identité, la nationalité et l'appartenance, dans lequel se pose une question fondamentale : où peut-on se sentir " chez soi " ?

A 20h30 à la Filature du Pont de Fer de Lasalle

23/03 : Lillian

Lillian, échouée à New-York, décide de rentrer à pied dans sa Russie natale. Seule et déterminée, elle entame un long voyage à travers l’Amérique profonde pour tenter d’atteindre l’Alaska et traverser le détroit de Béring…

Un voyage doit réserver sa part d’inconnu et de surprise pour être passionnant. Un voyageur ne doit pas s’emporter avec lui s’il veut que son voyage ait un sens (pour paraphraser Sénèque). Et ce film mérite qu’on en parle le moins possible.Donc faites nous confiance, venez chaussé pour une longue marche (assis dans votre fauteuil), ne craignez pas la VO, seul on ne parle pas beaucoup, prenez votre temps pour apprécier l’ambiance et les rencontres. C’est beau, c’est tragique, c’est dur, c’est tendre, profondément humain...

A 20h30 à la Filature du Pont de Fer de Lasalle

13/04 : Martin Eden

A Naples, au cours du 20ème siècle, le parcours initiatique de Martin Eden, un jeune marin prolétaire, individualiste dans une époque traversée par la montée des grands mouvements politiques. Alors qu’il conquiert l’amour et le monde d’une jeune et belle bourgeoise grâce à la philosophie, la littérature et la culture, il est rongé par le sentiment d’avoir trahi ses origines.

"Martin Eden" est un vibrant réquisitoire contre le narcissisme de la création littéraire – et cinématographique- un réel conte philosophique et politique tout autant qu’une aventure humaine, sombre, qui aurait néanmoins les intonations d’une chanson populaire. Pietro Marcello loin de trahir Jack London, en déplaçant l'intrigue à Naples, offre un rôle magistral à Luca Marinelli (prix d’interprétation à la Mostra de Venise, déjà vu dans La grande bellezza) .

A 21h à la Filature du Pont de Fer de Lasalle


Caractéristiques

Langues de visite
  • Français
Langue(s) pratiquée(s)
  • Français
Equipements
  • Parking

Tarifs :

tarif adulte :